Voyage aride


– Bonjour, je viens pour le trajet à Mexico.

– Bonjour, allez-y, installez-vous avec les autres, on allait commencer.

L’agent d’accueil lui indiquait un banc sur lequel attendait déjà une dizaine de personnes. La femme s’y rendit et s’assit, posant ses mains sur ses cuisses comme ceux à côté et patientant. L’employé pianota quelques instants avant de se diriger vers eux.

– Très bien, je vais maintenant passer récupérer vos documents d’embarquement et vous faire signer la décharge habituelle. Voilà, merci, à vous…

Il récupérait les papiers qu’on lui tendait, les vérifiait rapidement, puis tendait une planchette contenant un contrat. Chacun le signait rapidement en y jetant à peine un coup d’œil. Ils étaient, malheureusement, déjà tous bien au fait du fonctionnement de la compagnie.

– Très bien, maintenant, voici le composé. Je sais, ce n’est pas très agréable. Je compte jusqu’à trois, et vous le faites tous ensemble.

Faisant un deuxième passage, il déposa une chips dans la main de chacune des personnes assise.

– Allez, un, deux…

À trois, la femme, comme ses voisins, mit sa chips dans sa bouche. Aussitôt, elle se dessécha, sa peau se flétrit et se resserra sur ses os.

L’agent de la compagnie attendit que chacun des passagers soit bien ratatiné. Puis, il se saisit du premier, le plia soigneusement, bien à plat, et le déposa dans une grande valise. Il fit de même avec le suivant, et tous, terminant avec la femme en dernier. Il referma ensuite la valise et s’en alla en fredonnant.

Des heures plus tard, à Mexico. Le même employé se tenait au-dessus d’une grande cuve d’eau. Il brandit la femme et la plongea d’un coup dans l’eau avant de l’en ressortir aussitôt.

Il la déposa sur une couchette, où elle regonfla rapidement. Une fois le processus terminé, elle se redressa en soufflant très fort et en se frottant vigoureusement, avant de se préparer à repartir.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.