Telep-horses


– Chaaaargeeez !

Le chevalier de tête cria, debout sur ses étriers, l’épée brandit haut au-dessus de sa tête. Son destrier s’élança sous lui, et il rabaissa la visière de son heaume. Il atteignit un galop rapide. Derrière lui, ses hommes rugissaient, accompagnés du tonnerre de milliers de sabots.

Devant lui apparurent les troupes ennemies. À pieds, ils les aperçurent arriver en trombe. Leurs officiers aboyèrent des ordres. Les soldats tentèrent de s’organiser tant bien que mal, mais la peur se lisait sur leurs visages.

Il approchait de plus en plus, sa monture bandant ses muscles sous lui. Il pouvait maintenant distinguer les yeux de ses ennemis.

Soudainement, dans un plop sonore, il disparut. Avec un nouveau plop, il réapparut en pleine forêt, où il freina des quatre fers.

– Bon sang !

Il mit pied à terre, remonta sa visière. S’accoudant à son cheval, il se passa la main sur le visage. L’air las, il s’adressa à sa monture :

– Il va vraiment falloir que tu arrêtes de faire ça !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.