Se promener la nuit

Ce poème est en fait un essai sur un style de poésie plus moderne je trouve. J’y ai donc volontairement inclus les éléments urbains pour essayer de réellement rendre cette ambiance, lorsque l’on marche seul en ville la nuit.

Se promener la nuit
Quand meurt même le son du vent
Quand résonne le bruit de mes pas
Quand le lampadaire ne dévoile qu’un bitume vide

Ressentir l’intrusion de cette auto solitaire
Revoir les maisons autour de soi
S’offrir le temps de marcher lentement

2 réflexions sur « Se promener la nuit »

    1. Assez d’accord. Je tenais vraiment à introduire ces mots “modernes” mais du coup j’en ai effectivement oublié le rythme… Surtout aux quatrième et dernier vers je pense.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *