Ressenti #4

Je repense à Dissocié, mon texte pour le jour 2 de mon calendrier de l’Avent. Je le pense toujours. Et ça me revient en tête.

Le temps passe, et des fois j’ai vraiment l’impression de m’être trahi. Je me regarde et je n’ai pas l’impression d’être moi-même. Je me demande qui je suis devenu.

Je gratte un vernis de “Je veux m’intégrer et me faire des amis”. Mais il y a plusieurs couches. Alors je gratte encore, pour essayer de retrouver ce que j’étais. J’essaye de me souvenir de qui je suis vraiment.

L’impression d’avoir été façonné par tout le reste. Notre société. Nos mœurs. Notre culture. Le travail.

Un peu l’impression d’avoir été resculpté à coups de marteaux. Quand on fait comme ça, on ne fait qu’enlever de la matière. On n’ajoute rien. Je n’ai fait que perdre. Je me sens terne.

Bien sûr, ça ne s’est pas fait aussi brusquement. La preuve : je ne m’en suis pas rendu compte. C’est que c’est très vicieux de vouloir se faire des amis.

J’ai l’impression de ne plus être opaque aussi. Je suis devenu translucide. Pâle et effacé.

Des fois, je fais des choses, et après je me les reproche. Mais surtout, je ne comprends pas. Quand est-ce que j’ai commencé à faire ça ? À dire ce genre de choses ? À agir ainsi ? Je réfléchis, et je sais qu’avant je faisais explicitement attention à ne pas être aussi bête.

Maintenant que j’y pense, je sais aussi que je m’intéresse beaucoup aux autres personnes qu’avant. La preuve, je ne me souviens jamais de ce que font les personnes que je connais. Je ne me souviens jamais de ce qu’elles aiment. Je ne me souviens jamais de leurs anniversaires, j’ai mon téléphone pour ça. Et pire encore, je commence à oublier les mêmes informations à propos des gens que je connais déjà depuis plusieurs années. Même celles que j’aime énormément.

Je repense à ma façon d’agir. Je me questionne sur mon habitude à me questionner. Habitude que j’ai perdue justement. Avant, je réfléchissais pas mal à ce que je faisais. Pourquoi est-ce parti ? Je ne sais pas.

Je ne sais pas pourquoi. Je ne sais pas comment. Je ne sais plus trop qui j’étais. Et je ne sais pas qui je suis maintenant. Je sais juste que je suis fatigué.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *