Les canons de la tourmente


– BRANLE-BAS DE COMBAT !

L’agitation s’empara du navire. Les marins se précipitèrent en tout sens, sortant les équipements. Un groupe surgit de l’écoutille en portant les munitions et courant vers les canons. Les hommes était bien entraînés, et très rapidement ils furent tous à leur poste. Le capitaine avait rejoint le pont de commandement.

– Navire ennemi à tribord, capitaine.

La remarque était de toute façon inutile. Tout le monde l’avait aperçu, qui se rapprochait, grossissant de seconde en seconde. La tension s’installa tandis qu’ils n’avaient rien d’autre à faire que d’attendre d’être à portée. Les regards étaient fixes et angoissés, comme toujours avant une bataille. Les minutes s’étirèrent, pesantes.

Enfin, il fut assez proche.

– FEU ! cria le contremaître.

Les servants de canon approchèrent les torches et allumèrent les mèches. Quelques secondes après l’ordre, la première détonation retentit.

Le canon crachota et gronda. Il fut brusquement tiré contre la muraille, retenu par de solides cordages. En face, presque en parallèle, le vaisseau ennemi accusa le choc. Le bois fut arraché violemment de la coque, aspiré par le canon et rejeté en mer. Les autres tirs suivirent, et sur l’autre bateau des matelots décollèrent en hurlant avant de retomber dans l’eau entre les deux navires.

L’ennemi répliqua, sa propre artillerie ouvrant le feu.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.